top of page

Du Débutant amateur au professionnel en difficultés

PRESTATAIRE indépendant  DE FORMATION PROFESSIONNELLE

 Déclaration Préfecture de Région ILE-DE-FRANCE N°11770687577 attribué sur dossier professionnel complet. 

Ne vaut pas agrément de l'Etat. Devis/Facture, Contrat de Formation Professionnelle,  Convention (Art. L.6313-3 et suiv. du CT)

(Demandes de financement notamment auprès de l'AFDAS et FIFPL) 

Adhérente à l 'ASCORF

Piano pour Vous

Paris - Meaux
Château -Thierry
(Région de)

Piano, Formation Musicale

Éducation de l'Oreille, Histoire de la Musique, Analyse Musicale, Harmonie

par Professeur diplômé et expérimenté

Cours, Mini-stages privés, Stages collectifs
Soutien, préparation aux examens, concours, auditions…

A domicile, en Studio                     par Visioconférence 

LE PIANO ET SON ENSEIGNEMENT PHYSIOLOGIQUE (I)

INTRODUCTION

Toute action est composée de deux temps : contraction et détente.

 

Articuler les doigts à outrance n’est pas ce que l’on appelle « l’indépendance » des doigts !

 

Avoir les doigts « en l’air » lorsqu’ils ne jouent pas, le pouce à l’extérieur, les mains affaissées sur le bois du clavier, donner des secousses avec l’avant-bras à chaque attaque de doigt sous le prétexte « d’aller au fond du clavier » alors que la musculature n’est absolument pas préparée pour ce faire, provoquent des tensions permanentes et sont donc totalement improductifs et dangereux pour la musculature.

Il suffit de palper sa musculature pendant le jeu pour se rendre compte immédiatement de l'anomalie musculaire.

Toute action musculaire doit alterner avec une détente, sinon elle provoque un apport de « toxines » dans le muscle sollicité et, en quelque sorte, un blocage sanguin.

 

Sans détente musculaire entre deux contractions, le muscle ne peut éliminer ces toxines qui s’accumulent et finissent par l’asphyxier par manque d'oxygène : d’où la naissance de courbatures, douleurs à différents endroits  - poignet, avant-bras, (parfois jusqu’au gonflement visible), épaules, cou (durcissement des trapèzes), dos, lombaires - qui peuvent sembler parfois sans aucun lien (genoux, crampes des mollets...)

 

Débutant ou professionnel, JOUER DU PIANO NE DOIT JAMAIS FATIGUER. TOUTE GENE pendant ou après (sensation de « serrage », de raideur au niveau du coude, des épaules) EST ANORMALE et NE DISPARAITRA PAS "AVEC L'HABITUDE".

 

On doit pouvoir pratiquer son instrument pendant plusieurs heures, sans autre fatigue que celle de l’esprit.

 

De plus, la sonorité au piano, la vélocité dépendent de l’aisance musculaire.

Notre instrument est percussif : dès que le son est produit, nous ne pouvons plus le transformer. Les jeux sont faits.

C’est donc AVANT que TOUT se passe. Donc, il faut ANTICIPER le geste approprié à la sonorité, à l’interprétation voulue.

Notre instrument est percussif : dès que le son est produit, nous ne pouvons plus le transformer. Les jeux sont faits.

C’est donc AVANT que TOUT se passe. Donc, il faut ANTICIPER le geste approprié à la sonorité, à l’interprétation voulue.

 

Le clavier doit devenir le prolongement des doigts. L’on doit avoir la sensation de « pétrir », caresser son clavier.

 

Même si le but est de s’amuser, de jouer pour son plaisir, c'est précisément pour pouvoir accéder au plaisir de jouer, qu'il faut DES LES PREMIERS INSTANTS de l’apprentissage, prendre conscience de la multiplicité des gestes qui permettent d’assurer non seulement une parfaite santé musculaire, mais une sonorité musicale et non, comme trop souvent, un alignement de notes sans aucune vie !

 

Tout exercice, toute étude, tout morceau, même lorsque l’on est un débutant, doit être un discours musical.

Apprendre tout de suite à modifier le geste d’attaque de son clavier en fonction de ce que l’on doit jouer est particulièrement important : l’étude de la diversité des gestes rend l’apprentissage et la pratique amusante, passionnante.

Une APPROCHE DU PIANO PAR une TECHNIQUE dans le respect du FONCTIONNEMENT PHYSIOLOGIQUE est VITALE pour la bonne santé de la musculature et donc, une ASSURANCE POUR L'AVENIR.

Ce FONCTIONNEMENT PHYSIOLOGIQUE PERMETTRA A LA  MÉMOIRE MUSCULAIRE "D'IMPRIMER" sans entrave

 

Que l'on soit homme ou femme, la gestuelle physiologique de base est sensiblement la même. Ce qui fait ensuite la différence ? La morphologie, la réactivité musculaire (plus longue chez l’homme), l’intelligence musicale.

 

Le piano sur une base physiologique, c’est APPRENDRE A CONTRÔLER SA MUSCULATURE et non lui être soumise pour éviter l'installation d'anomalies tels les faux gestes d'attaques.

 

Cet enseignement physiologique permet au débutant progresser rapidement, et à celui qui a déjà quelques années de pratique, de se rééduquer ou de se perfectionner.

DE LA NÉCESSITÉ D'UN ENSEIGNEMENT PHYSIOLOGIQUE

bottom of page